Blogue

Consignes de sécurité pour travaux en hauteur

le 20 décembre à 11:00

La chute de hauteur est la principale cause d’accidents graves ou mortels subis par les employés dans les secteurs du bâtiment et des travaux publics. Au Québec, selon la CNESST, il y a plus de 700 chutes par année dans le seul secteur de la construction. Et ce chiffre ne comprend ni le domaine des installations d’entretien de véhicules, où le travailleur peut se trouver sur le toit d’une remorque, d’un chasse-neige ou d’un camion-citerne, ni le domaine des installations de chargement ferroviaire où la cargaison doit être échantillonnée et analysée, ni le domaine des transports maritimes.

 

Consignes de sécurité pour travaux en hauteur

Crédit : Life-Of-Pix via Pixabay

 

Afin de pallier ce risque de chute lors des travaux en hauteur, il faut que l’employeur implante un programme de prévention des chutes issu d’une évaluation des risques. Dans un premier temps, il est nécessaire de sécuriser les zones de circulation et d’intervention en installant des protections collectives, à savoir un garde-corps ou d’autres systèmes de limitation de déplacement. Ensuite, il importe de mettre à la disposition de ses employés des équipements de sécurité pour le travail en hauteur adaptés à la tâche à exécuter : plateforme élévatrice, rail rigide horizontal et chariot, ligne de vie, ancrage pour toiture, filet de protection, harnais de sécurité et d’autres équipements de protection antichute. Enfin, les travailleurs doivent respecter les consignes de sécurité de l’entreprise, des fabricants de matériel et de la CNESST.

 

Domaines pouvant nécessiter des travaux en hauteur

Ces consignes de sécurité s’adressent à toute entreprise oeuvrant dans les domaines du bâtiment et des travaux publics. En plus de construire des édifices tels que les maisons, immeubles, entrepôts et usines, les entreprises du bâtiment assurent leur aménagement intérieur et décoration aussi. Quant aux entreprises des travaux publics, elles se spécialisent dans la réalisation d’infrastructures (commes les routes et les canalisations) et d’ouvrages de génie civil (par exemple les ponts, les barrages et les pistes d’aéroports). Prévenir les chutes de hauteur s’avère également nécessaire dans le domaine des télécommunications, dans plusieurs domaines du secteur de l’agriculture, et dans le métier d’arboriculteur-élagueur.

 

Consignes générales pour travaux en hauteur

Règle générale de base : tandis que l’employeur doit s’assurer que les méthodes et techniques utilisées pour accomplir le travail sont sécuritaires, le travailleur doit prendre les mesures nécessaires pour protéger sa propre sécurité. Cela veut dire qu’il importe d’assurer un plancher de travail stable muni d’un garde-corps. De plus, à une hauteur de plus de 3 mètres, il faut s’assurer que les travailleurs soient attachés.

 

Consignes pour échelles

L’échelle n’est pas un plancher de travail; elle est avant tout un moyen d’accès auquel 4 règles de sécurité s’appliquent :

  1. L’échelle doit s’appuyer sur une base solide.
  2. Le travailleur doit pouvoir monter les mains libres.
  3. La longueur de l’échelle doit dépasser l’appui supérieur d’au moins 900 millimètres (35 pouces).
  4. L’échelle doit être attachée solidement.

Si jamais l’utilisation de l’échelle comme poste de travail s’avère nécessaire, la Loi sur la santé et sécurité du travail le permet exclusivement pour réaliser des travaux d’une durée de moins d’une heure. Dans ce cas exceptionnel, 2 mesures de sécurité s’ajoutent aux 4 règles mentionnées ci-haut :

  1. Il doit être possible pour le travailleur de maintenir son corps entre les montants.
  2. Si la position du travail expose le travailleur à une chute de plus de 3 mètres, il faut l’équiper d’une protection contre les chutes.

 

Consignes pour plateformes élévatrices​​

Les plateformes élévatrices sont dotées de garde-corps et de planchers de travail stables, ce qui présente certains avantages pour le travailleur comparé à l’échelle :

  • Le travailleur est protégé contre les chutes en tout temps, dès qu’il quitte le sol.
  • La position de travail est moins contraignante.
  • Le travailleur a une plus grande flexibilité dans son travail et un meilleur accès à des endroits restreints.

Afin de bien assurer la sécurité du travailleur, il est important de suivre les instructions du fabricant lors de l’utilisation de ce type d'équipement. De façon générale, il faut tenir compte des conditions du terrain et de l’environnement de travail. Il faut notamment éviter qu’il ait de fils électriques trop près de la zone de travail. Le travailleur doit être attaché à la plateforme par moyen d’un harnais de sécurité selon les normes. Enfin, il faut surtout respecter les capacités de la plateforme élévatrice en évitant de la surcharger avec des matériaux, des outils ou des travailleurs.

L’entretien préventif et l’inspection des plateformes élévatrices sont des éléments fondamentaux pour la sécurité continue des travailleurs. Il faut suivre les recommandations du fabricant et les dispositions de la section 5 de la norme CSA B354.2-01. En gros, il faut effectuer :

  1. Une inspection quotidienne.
  2. Une inspection après 200 heures d’usage.
  3. Une inspection annuelle.
  4. Une inspection complète surveillée par un ingénieur, à savoir 10 ans après la construction de l’équipement et tous les 5 ans par la suite, après un incident ayant causé des dommages à la structure de l’équipement et au moment de la vente de l’équipement aux fins de transfert de propriété.

Pour en savoir plus sur les mesures de prévention et d’inspections, référez-vous au site de l’ASP Construction (Association paritaire pour la santé et la sécurité du travail du secteur de la construction) :

 

Consignes pour ligne d’avertissement​

En ce qui concerne la protection collective, l’article 2.9.2 du Code de sécurité pour les travaux de construction (CSTC) privilégie le garde-corps, mais permet l’utilisation de la ligne d’avertissement pour certains travaux spécifiques. Cela consiste à délimiter une zone de travail se situant à 2 mètres ou plus de tout endroit d’où un travailleur pourrait faire une chute, le bord d’un toit plat par exemple. De plus, lorsque le chemin d’accès à l’aire de travail provient d’un bord de toit, un garde-corps doit être installé pour une longueur de 3 mètres de chaque côté du début du chemin en bordure du toit.

 

L’expertise des Équipements JPB

En tant que spécialiste de systèmes de protection contre les chutes pour les travaux en hauteur depuis plus de 23 ans, Les Équipements JPB offre des solutions de sécurité industrielle adaptées à vos besoins.

Pour connaître ce que notre système de garde-corps vous offre, nous vous invitons à lire notre billet de blogue sur les avantages d’un garde-corps autoportant.

Afin de découvrir comment notre innovant système de rail rigide, un système d’ancrage continu, répond mieux à certains besoins en termes de sécurité et mobilité que d’autres types de systèmes, nous vous suggérons consulter notre billet sur le rail rigide horizontal.

Enfin, en matière de protection contre les chutes pour les travaux de toiture, pourquoi ne pas regarder notre billet sur les points d’ancrage et les lignes de vie.

N’oubliez pas que la formation sur l’utilisation, l’entretien et l’entreposage des équipements personnels de protection contre les chutes est un service inclus avec tous nos projets d’implantation de système de protection collectif. Contactez-nous pour obtenir votre devis personnalisé.

Retour

Que ce soit pour des lignes de vie, des filets de sécurité, des systèmes d’ancrage, des essais de traction ou pour tout autre produit décrit sur ce site, Les Équipements JPB installent le meilleur système pour assurer votre sécurité lors de travaux en hauteur.

Spécialistes de systèmes de protection contre les chutes pour les travaux en hauteur, Les Équipements JPB offrent des solutions de sécurité industrielle adaptées à vos besoins. Une technologie de fine pointe, à votre service depuis plus de 25 ans.

Message
Ok